Home | Contact | Disclaimer | Sitemap
Nicolas van Zeebroeck’s homepage

European Space Agency (ESA)

L'industrie Spatiale Mondiale, ses enjeux économiques et sociaux

Enjeux Mondiaux
Une industrie militaire et scientifique
Evolution de 1960 à 2000
Budgets spatiaux et PIB
L'Europe et l'espace
L'emploi spatial
Evolution de 1960 à 2000

1960

En 1960, l'industrie spatiale aborde la fin de sa première phase initiée en 57 avec le lancement du premier Spoutnik. A cette époque, l'industrie spatiale militaire est encore prédominante et l'Europe commence seulement à s'interroger sur l'intérêt d'une coopération internationale. Pendant toute la décennie qui va suivre, les vols habités occuperont de plus en plus de place dans les efforts nationaux.

Evolution des dépenses spatiales par pays 1960-1998 - Sources: Commission Européenne 1971 et 1997 et EuroConsult

Le graphique ci-dessus confirme le peu d'intérêt accordé par l'Europe à l'espace, tandis que la Russie et les Etats-Unis se lancent dans leur course poursuite à la conquête spatiale.

1970

Dix années plus tard, le paysage a sensiblement changé. L'Europe, lentement, met en place une coopération, et si l'ELDO (European Launcher Development Organisation) et l'ESRO (European Space Research Organisation) s'apprêtent à céder leur place à l'ESA, déjà l'Allemagne et la France parviennent à se faire une place dans le paysage industriel.

Quant à la Russie, elle semble avoir renoncé à rivaliser avec les Etats-Unis qui viennent de réussir la première expédition humaine sur la lune. Toutefois, les chiffres russes étant ceux annoncés par les forces spatiales russes et ces données étant en totale contradiction avec les estimations européennes (voir annexe), sans doute convient-il de prendre ces dépenses russes au conditionnel.

1980

En 1980, l'Agence Spatiale Européenne a huit ans, et la coopération européenne est de mieux en mieux intégrée. Nous verrons plus loin quelle est la répartition exacte des dépenses spatiales européennes entre leurs programmes nationaux et l'ESA.

Les Etats-Unis, de leur côté, gonflés par leurs succès successifs des années soixante et septante et de leur " victoire " sur les russes, ils investissent toujours plus dans l'espace, rêvant déjà de tourisme spatial ou de conquête de Mars. Chacun sait ce qu'il adviendra de leurs ambitions en 1986 avec l'explosion de la navette Challenger. Enfin les russes ont stabilisé leurs dépenses spatiales vers la fin des années septante, mais nous nous devons de formuler à leur sujet la même remarque que précédemment concernant la fiabilité de nos sources.

1990

Le milieu des années 80 et l'explosion de Challenger marque le début d'une rationalisation des investissements spatiaux. Désormais, les missions sont soigneusement sélectionnées en fonction de leur utilité et de leur rentabilité, et l'ère d'une industrie spatiale commerciale est bel et bien lancée.

1998

La distribution des dépenses spatiales semble figée au cours des années 90, en dépit d'une percée notable du Japon. Plus que jamais, il nous faut relativiser les chiffres russes, puisqu'il ne s'agit ici que d'une estimation purement subjective.

Synthèse

On retiendra, de ce qui précède, la prédominance formidable des Etats-Unis et, dans une moindre mesure (semble-t-il), de la Russie, tandis que l'Europe, lentement, met en place une collaboration digne de ce nom, concrétisée en 1972 par la création de l'ESA. Au sein même de l'Europe, la France se positionne toujours plus comme moteur de la coopération et de l'innovation.

© 2004-2006 Nicolas van Zeebroeck